Travaillant (un bien grand mot pour un tout petit conte) sur une histoire trouvée chez Sara Cone Bryant, Comment raconter des histoires à nos enfants, -une mine pour qui raconte aux enfants, malgré l'âge avancé de l'ouvrage- je me pose une question à laquelle je n'ai pas trouvé de réponse satisfaisante : 
Le loup, qui veut manger successivement une cane, une oie et un cochon, dit : 
je voudrais bien manger de la queue qui guigne, guigne, guigne, qui passe la farine. 

Il parle de la queue du cochon, mais que veut dire "guigne" dans cette phrase ? 

La guigne est une variété de cerise, et grosso modo guigner signifie regarder.
Or, tout malin que soit ce cochon - il finira par faire fuir le loup en lui versant de la bouillie chaude sur les pattes - je doute qu'il ait des yeux au bout de la queue.

Alors, si tu sais, lecteur errant sur ces pages, si tu as une idée, une interprétation, je prends. 

La chose est d'autant plus étonnante que l'ouvrage de Sara Cone Bryant est une traduction, je pense, puisqu'elle était américaine. Mystère mystère...
A noter la parution récente de petits albums tirés de ses contes : à voir ICI.

thumb_IMG_2706_1024

la cane se fait une maison en feuilles

thumb_IMG_2707_1024

l'oie une maison en feuilles et bois

thumb_IMG_2710_1024

Le cochon se fera une maison en planches et clous pointus sur le toit, d'ailleurs je cours la faire à l'instant.
(ça te fait penser aux trois petits cochons ? Normal, c'en est une savoureuse variante)